Auguste Zamoyski  



 

 

 

S.I. Witkiewicz, Le portrait d'Auguste Zamoyski 1918,pastel. Coll.
Musée de la Poméranie Centrale à Slupsk.

 

" J'appelle "Art" cet effort désintéressé qui cherche à rendre intelligible l'absolu, à le toucher, à nous identifier avec lui...

" L'art alors n'est (...) ni divertissement, ni activité esthétique, ni instrument d'action sociale.
C'est le fruit des plus nobles recherches, une inquiétante expérience mystique, c'est la compréhension ou plutôt
une
"adéquation"
aux choses de la réalité, à l'aide d'une authentique émotion, ancrée de la façon la plus désintéressée
dans l'amour de la création et du Créateur, se fondant avec Lui, dans une connaturalité indivisible, à l'aide et
par l'oeuvre d'art que l'on crée quoique avec toutes sortes de nuances discernables, donc multiples".

Auguste Zamoyski - "Au-delà du formisme"         

 

 

Auguste Zamoysky est né en 1893 dans une Pologne de l'est alors occupée par les russes. Il gardera chevillé au corps l'amour pour sa terre natale.

Sa vocation de sculpteur s'est manifestée dès l'enfance malgré la résistance d'un milieu familial peu favorable. Descendant d'une famille célèbre de l'histoire polonaise, il était aristocrate dans sa prestance, sa culture, son ouverture d'esprit, avec droiture et le sens du devoir. Il était catholique par conviction.

Sa présence au côté de l'avant-garde polonaise de 1916 à 1924 est avant tout d'ordre plastique, Zamoyski s'étant toujours tenu à l'écart des engagements politiques et réformateurs de ses amis. Il contribua à la création du nouvel art formiste polonais.

Tailleur de pierre, de bois dans lequel il avait sculpté ses premières oeuvres formistes, il s'est intéressé aux différents procédés de fonte du bronze devenant tout autant artisan qu'artiste.

Auguste Zamoyski appartient à ce groupe de créateurs qui se sont prononcés pour la sculpture dès le début de leur carrière artistique. Son attitude se caractérisait par une révolte contre les schémas en vigueur dans l'art. Ayant pleinement conscience des problèmes de l'art européen de son époque, il s'est rapproché des "Expressionnistes" allemands, puis des formistes polonais.

Zamoyski façonne son individualisme en relation avec l'entourage. Par une synthèse cubiste les traits des visages se transforment en construction, la sculpture cesse d'être seulement un portrait, elle devient une idée plastique "tendant vers une forme pure".

Formes qui se mélangent, Entre Deux, formes rythmées de courbes, de douceur et de rondeurs, formes simples sans pose, jusqu'aux sculptures sacrales constituant le couronnement de son "drame de l'existence humaine". Les formes généralisées se muent en scènes religieuses emplies d'expressivité et d'extase comme la Pieta, la Résurrection, l'Ascension, caractérisée par une structure complexe de surfaces doucement modelées, formées suivant l'idée d'exploiter les valeurs de la matière changeante de la lumière et de l'ombre.

L'oeuvre de Zamoyski est pratiquement inconnue en France malgré qu'il y ait vécu une trentaine d'années entre 1924 et sa mort en 1970.

L'essentiel de la collection, les sculptures, les croquis, une quantité imposante d'archives, ont été conservés par Mme Hélène Zamoyska, veuve de l'artiste, dans leur maison de campagne de St-Clar-de-Rivière près de Toulouse, en France, où il avait son atelier.

En 2002 Hélène Zamoyska a fait don de ce patrimoine à l'Abbaye de Sylvanès.